Un directeur de campagne quitte le FN, écœuré par « le racisme »

Marine Le Pen et Le Front National actualités

Vincent Morelle souhaite faire passer un message : « Le coup de Kärcher de Sarkozy, c’est au FN qu’il faut le passer ».

http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20140122.OBS3365/un-directeur-de-campagne-quitte-le-fn-ec-ure-par-le-racisme.html

Les élections municipales approchent, et le Front national doit faire face à une nouvelle défection. Vincent Morelle, 24 ans, ancien directeur de campagne de Béatrice Roullaud, tête de liste du FN aux municipales à Meaux (Seine-et-Marne), jette l’éponge, comme le rapporte « Libération ».

Vincent Morelle se dit écœuré par « l’amateurisme » et le racisme ambiant dont il a été témoin. Aujourd’hui, il souhaite faire passer un message : « Le coup de Kärcher de Sarkozy, c’est au FN qu’il faut le passer ».

« ‘Copelovici’, ‘ce gros fils de pute' »

Vincent Morelle a rendu sa carte le 11 janvier dernier. « Je suis allé au FN car j’ai pensé que c’était la meilleure offre pour faire gagner le souverainisme. J’y voyais une dynamique et des perspectives », confie-t-il à « Libération ». Selon lui, la stratégie de dédiabolisation voulue par Marine Le Pen n’est qu’un écran de fumée.

« On ne parle pas de Copé, mais de ‘Copelovici’, ‘ce gros fils de pute’, j’entends aussi ‘Merci aux Roms, ces voleurs de ferraille' », raconte Vincent Morelle. Et d’enchaîner : « À l’inauguration de la permanence de la Ferté-sous-Jouarre, le 9 décembre, j’ai aussi entendu ‘Taubira, la sale guenon’, ou ‘Riester, cette pédale, on ne sait même pas si c’est un homme ou une femme' ».

« Il y a des modérés au FN », mais « les extrêmes l’emportent » assure Vincent Morelle. « Le FN essaye de passer un coup d’éponge sur une vitrine pleine de poussière. On met un drap neuf mais, derrière, l’arrière-boutique n’a pas changé ».

L’ancien frontiste pointe du doigt des méthodes peu orthodoxes dont il a été témoin lorsqu’il accompagnait la candidate Béatrice Roullaud lors de porte-à-porte. « J’ai vu comment elle faisait le recueil de signatures des gens, pour obtenir des colistiers. Elle a pris un candidat tellement ivre du matin au soir qu’il en oubliait son nom, un autre qui entend des voix ! »

Vincent Morelle termine : « J’ai honte d’appartenir à ce parti que je pensais javellisé alors que ce n’est pas le cas ».

Ce n’est pas la première fois que des militants claquent la porte du parti et dénonce le racisme ambiant et le décalage entre le discours contrôlé de Marine Le Pen et le terrain. En novembre, pas moins de trois candidats aux municipales ont fait défection : Anna Rosso-Roig, à Marseille, Nadia Portheault, en Haute-Garonne et Arnaud Cléré, dans la Somme.

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*